Epicondylite de l’épaule

epaule   L’épicondylite de l’épaule est causée par une tension musculaire, s’étendant de la souche de l’épaule de l’épicondyle externe ou interne et des changements métaplastiques dans le périoste de l’épicondyle et dans les ligaments et les muscles environnants. Ainsi, l’épicondylite de l’épaule est une combinaison spécifique de la parodontite et du tendomiofasite dans une zone de l’épicondyle interne ou externe de l’épaule. La plus grande importance pratique est l’épicondylite externe de l’épaule, qui se produit 10-11 fois plus souvent que l’épicondylite intérieur et se passe plus difficile.

   La maladie se développe à l’âge de 35-45 ans, surtout sur la main droite. Dans une épicondylite externe bilatérale, en règle générale, c’est la main droite qui est affectée. La maladie est particulièrement fréquente chez les personnes dont le travail est lié à la flexion de l’avant-bras fréquente et la vulgarisation, combinée à son pronation et de supination (des maçons, des meuleuses, des monteurs, etc.)

   Contrairement au post-traumatique, l’épicondylite extérieur professionnel de l’épaule se développe lentement et commence avec une douleur sourde dans l’épicondyle externe de l’épaule. La douleur se produit également quand on veut redresser l’épaule au maximum. Les douleurs augmentent progressivement, commencent à perturber le patient et le forcent à faire une pause dans son travail avec des tensions relativement faibles des mains. La douleur disparaît quand le bras est complètement au repos et légèrement courbé au niveau du coude.

   Les contours de la coude ne changent pas et très rarement et seulement au début de la maladie on peut noter un petit gonflement dans l’épicondyle externe. La flexion de l’articulation du coude n’est pas limitée et sans douleur, tandis que l’extension maximale de l’avant-bras (même passive) provoque des douleurs dans l’épicondyle.

   Un traitement approprié doit nécessairement comporter une exemption temporaire de travail du patient (pour la période d’immobilisation et des injections), suivie par l’emploi rationnel du patient à travailler non liés à la tension musculaire, qui s’étend de l’épicondyle.

Les commentaires sont fermés.